Myriam Jean, la ministre du Tourisme, a visité Le Nouvelliste

Se présentant comme une personne pratique, l’ancienne directrice générale adjointe de la Banque populaire haïtienne (BPH), Myriam Jean, ne veut pas promettre de miracle pour le secteur touristique en Haïti. Toutefois elle assure que durant son passage, le ministère du Tourisme apportera un soutien indéfectible aux opérateurs et acteurs de l’industrie touristique. C’est pourquoi ses visites se sont multipliées ces deux derniers jours, notamment auprès de l’Association touristique d’Haïti (ATH) qui représente les hôtels, maisons de location de voitures et restaurants du pays.  


 


En dépit de la menace du coronavirus et des conséquences désastreuses de l’insécurité et de la crise politique, la nouvelle ministre croit dur comme fer au relèvement de ce secteur. « Certes on ne peut pas espérer un miracle, mais je ne vais pas rester les bras croisés. Je vais travailler à l’amélioration des conditions d’évolution du secteur touristique.  En ce sens, je dois rencontrer un acteur important pour la sécurisation du pays qui est la PNH. On ne sait pas ce qui va arriver, mais on doit se préparer pour la période estivale », a fait savoir la titulaire du ministère du Tourisme.  


 


Après des échanges fructueux avec Max E. Chauvet et Pierre Chauvet, les copropriétaires du journal, ainsi que Frantz Duval le rédacteur en chef du Nouvelliste, Myriam Jean a dit prendre très au sérieux la menace de l’épidémie de coronavirus même si aucun cas n’a été détecté dans le pays. La ministre dit favoriser la formation pour le personnel hôtelier et encourager la publication des consignes édictées par le ministère de la Santé publique. « Nous vivons une période très difficile, le secteur est déjà très touché. Nous devons absolument faire la promotion et la divulgation des mesures de prévention », a-t-elle indiqué avant de rappeler l’importance de communiquer sur la maladie même en placardant des affiches dans les hôtels et restaurants.


 


Après une longue carrière dans le secteur bancaire, où elle a gravi tous les échelons pour arriver à un poste de direction, Myriam Jean, qui est aussi professeure à l’Université Quisqueya, s’attaque à de nouveaux défis. En tant que financier et comptable, elle va devoir donner un nouveau souffle au secteur touristique qui peine à générer des profits en ces temps difficiles. « Les défis sont énormes. Nous allons renforcer les actions pertinentes déjà en cours dans le secteur et ajuster d’autres aux exigences de l’heure et de développement des programmes innovants », a avancé la ministre du Tourisme dans ses propos lors de son installation.